L’hôpital Laquintinie se rééquipe et se relooke

Pour y parvenir le ministre de la Santé Publique lors de son séjour à Douala le 10 décembre 2014, a lancé un appel aux partenaires privés qui soutiennent l’hôpital, surtout à Samuel Eto’o qu’il a encouragé à achever rapidement son pavillon afin de permettre à la vielle dame qu’est l’hôpital Laquintinie de se moderniser.

Le ministre de la Santé, le président du conseil de gestion, le directeur général et les partenaires de l'hôpital Laquintinie

Le ministre de la Santé, le président du conseil de gestion, le directeur général et les partenaires de l’hôpital Laquintinie

« Je suis là pour célébrer l’hôpital du peuple qu’est Laquintinie, aussi pour vérifier la finalisation d’un certain nombre de travaux engagés. Je peux donc dire que l’hôpital Laquintinie est maintenant au point avec l’installation d’un nouveau scanner, les personnes ayant besoin d’un scanner pourront venir à Laquintinie l’effectuer dans de très bonne condition. J’ai également apprécié la réouverture du grand bloc opératoire avec de nouveaux équipements, qui va pouvoir prendre en charge les accidentés de la route et surtout régler le problème de fracture dans de très bonne condition et sécurité », a déclaré André MAMA FOUDA, le Minsanté.

le nouveau scanner de l'hôpital laquintinie

le nouveau scanner de l’hôpital laquintinie

Un scanner, 16 barrettes ou scanner pour le corps entier, est désormais disponibles à l’hôpital Laquintinie de Douala. Cet appareil, avec un dispositif d’imagerie transversale est facile à utiliser et utilise la technologie de filtre avancé. Son système de positionnement automatique garantit un bon flux de travail. Installé dans l’un des 40 pavillons que compte l’hôpital Laquintinie, le ministre de la santé publique annonce le fonctionnement de ce scanner pour le lundi 15 décembre 2014. Cette déclaration a été faite le mercredi 10 décembre, lors de la cérémonie de clôture de la semaine de l’hôpital Laquintinie de Douala (qui s’est déroulée du 22 au 28 novembre) et la remise des mérites et récompenses aux personnels sanitaires méritant et ceux allant à la retraite (20 au total). Lors de cette cérémonie qui débutée autours de 12 heures, on a découvert une autre facette de cet hôpital que seule les dirigeants savent. Bref, dont les patients ne bénéficient pas encore des prouesses jusqu’à présent. Ont a eu droit à des discours élogieux, loin de la réalité que vivent les malades au quotidien dans cette institution hospitalière. Fritz NTONE NTONE, le président du conseil de gestion de l’hôpital Laquintinie a annoncé par exemple que le « système de code qui obligeait les patients à payer des sommes d’argent plusieurs fois sans explication était terminé et que le patient était désormais prioritaire. » Oui ne riez pas. Il l’a dit.

Le bloc opératoire rééquipe

Le bloc opératoire rééquipé

            Crée en 1931, l’hôpital est baptisé Laquintinie en 1941 en l’honneur de Jean Auguste Laquintinie, son 1er médecin chef. Bâtit sur 9 hectares, Laquintinie a 40 pavillons pour 800 personnels, 700 lits dont 500 sont fonctionnels. Il reçoit plus de 150.000 patients par an. L’hôpital Laquintinie accueille aussi 2000 étudiants toutes filières confondues en médecine par an pour des stages académiques et de perfectionnement. La banque de sang reçoit 14.000 poches de sangs par mois soit 40 poches par jour, sécurisées et distribuées. Un laboratoire d’analyse médicale y est disponible, ainsi qu’un centre de lunetterie, un centre de prise en charge des personnes drépanocytaires, 6 salles d’opérations, 2 urgences et une maternité avec 3 salles d’accouchement. Tels sont les atouts de cette institution sanitaire déroulés par son directeur général Jean II Dissongo. Comme toute médaille, l’hôpital a ses revers. On note entre autre, l’effectif insuffisant et pas toujours performant, le plateau technique obsolète et le comportement pas toujours irréprochable de certains personnels, a-t-il poursuivi.

Une autre gangrène qui mine cet hôpital, c’est la redistribution des primes et mérites. D’ailleurs sur le site de la cérémonie le mercredi 10 décembre, on a aperçu quelques personnes, tissu noir attaché sur le bras, manifester leur mécontentement avant l’arrivée du ministre. Le ministre est d’ailleurs revenu sur le problème de primes et autres maux qui minent cet hôpital, avant d’instruire le directeur général que le travail soit conséquent à la rémunération et la récompense afin que chacun se sentent motivé. Car l’hôpital de demain est fonction des ressources humaines, il est donc important que ce personnel soit bien traité pour mettre le patient en premier lieu.

Espace VIP, pavillon Samuel KONDO

Espace VIP, pavillon Samuel KONDO

Le partenariat public-privé a été aussi à l’ordre du jour. « Nous suivons le pavillon de notre jeune Samuel Eto’o Fils qui est en train de vouloir offrir à cet hôpital un investissement de point, nous l’encourageons à l’achever rapidement afin que cette vielle dame qu’est l’hôpital Laquintinie se sente bien relookée et qu’elle donne ce visage humain qui est l’hôpital de demain » a exhorté le ministre.

Des beaux discours et promesses. Il ne reste plus qu’à espérer que le patient soit accueilli et traité avec humanisme.

Armelle Nina SITCHOMA

Publicités

A propos Armelle Sitchoma

Hi! Bienvenue à la source de l'information. Je suis un reporter résident au Cameroun. J'aime l'information, la bonne info, la culture et surtout les TIC.
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s