Mouvement d’humeur : Des enseignants du collège Alfred Saker troublent les cours

Certains enseignants ont fermé à clé les salles de classe de 3ème et Tle pour empêcher le licenciement de leur collègue. Pourtant, le principal dudit collège trouve leurs revendications anormales et les considère comme des fauteurs de trouble.

Les cours au sein du collège Alfred Saker situé au quartier Deido à Douala a connu une perturbation ce mardi 6 mars 2012. Un collectif de quatre enseignants dont une femme et trois hommes a manifesté  au sein dudit établissement scolaire. Ceux-ci sont arrivés au sein de l’établissement dès 6 heures et ont fermé les salles de classe de 3ème et de Tle G2 avec leur cadenas empêchant ainsi l’entrée en classe des élèves. Pancartes accrochées au cou sur lequel ont pouvait lire « pas de 3ème licenciement trop c’est trop », ils ont manifesté sur la cour dudit établissement. Ils réclament entre autres, le paiement du reste de leur prime, le non licenciement de leur collègue et le respect du protocole d’accord de 2009. «Ils ont signé un certains nombre d’accord avec mon prédécesseur, notamment l’augmentation de leur salaire de 30% et l’absence de sanction à l’un des leurs pendant une période de 10 ans. Depuis mon arrivé, je leurs verse 25% d’augmentation de leur salaire depuis le mois de mai 2009 », explique le Rev. Robert Kong, principal du collège Alfred Saker.

En dehors de la dette, ces professeurs revendiquent le non licenciement d’un des leurs et crient au licenciement abusif. Pourtant, d’après le principal du collège, ils ont un comportement non éthique. D’après celui-ci, il y a un professeur qui a été licencie l’année dernière pour livraison de la confidentialité de l’école à la presse, un autre professeur de mathématique a été licencié pour injure et menace du principal du collège et du délégué départemental des Enseignements secondaires, au mois de février, un enseignant de mathématique a été arrêté avec un préavis de grève. Celui-ci était traduit devant le conseil de discipline qui devait se tenir hier, tout comme son collègue de français qui s’est absenté pendant une semaine sans aviser. Avec le conseil de discipline qui devait se tenir, ils ont cru qu’on devait renvoyer ceux-ci et ont décidé de manifester. Deux semaines avant, ils avaient déposé un préavis de grève chez le gouverneur de la région du Littoral sans l’aval du délégué du personnel.

Les gendarmes de la brigade ter de Deido sont descendus sur les lieux pour calmer les manifestants. Le délégué régional des Enseignements secondaires, le délégué départemental des Enseignements secondaires et le sous préfet de Douala 1er sont arrivés au sein du collège Alfred Saker pour trouver une solution à la crise. « Nous sommes venus en sapeur pompier et je voudrais demander à mes frères enseignants et enseignantes d’être responsable. Je vous donne rendez-vous dans 3 semaines, le temps de porter vos doléances à la hiérarchie des Enseignements secondaires et à l’autorité administrative », prescrit Jean Jules Ebongue Ngoh, délégué régionale des Enseignements secondaires. Le conseil de discipline qui était prévu hier a été renvoyé dans trois semaines sous la demande du délégué régional des Enseignements secondaires.

En attendant des solutions à ce malaise qui perdure depuis 3 ans déjà, le calme est revenu au sein de l’école autour de 9 heures et les cours ont repris après que les cadenas mis par les professeurs manifestants aient été brisés.

Armelle Nina Sitchoma   

Publicités

A propos Armelle Sitchoma

Hi! Bienvenue à la source de l'information. Je suis un reporter résident au Cameroun. J'aime l'information, la bonne info, la culture et surtout les TIC.
Cet article, publié dans Faits divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mouvement d’humeur : Des enseignants du collège Alfred Saker troublent les cours

  1. El pacho dit :

    vous avez rendu compte, mais seulement, sans prétendre vous donner des cours de journalisme, je constate pour le regretter que seul un protagoniste, M le principal, menteur qualifié a eu droit à la parole, ni les enseignants inquiets, ni celui licencié pour menace de mort au principal n’ont eu droit pour équilibrer votre papier à la parole. alors , un principal a-il le droit de licencier son personnel dans le cadre de l’église ? renseignez vous auprès de Michel Moukouri, directeur national des enseignements.Comment peut-on prouver qu’un enseignant a injurié le délégué départemental des enseignements? oui , dire à ces adultes qu’ils sont entrés dans une salle de classe de façon discourtoise n’est pas une insulte, mais un fait.Le Principal , titulaire seulement d’un CEPE douteux est incapable de diriger une école, car, il n’a jamais fait ses armes à l’école, et comme Bertrand Russell, tout le problème de ce monde se résume en une phrase, les idiots sont sûrs d’eux et les sages doute sans cesse.

    J'aime

    • Merci pour votre constat, cela suppose que vous avez lu l’article jusqu’à la fin. Mais seulement, je crois que je ne sais pas si dans un chapitre de ta leçon de journalisme on dit que si les manifestants refusent de parler on doit inventer des propos et leur attribuer. Pour ta gouverne j’ai rencontré le chef des grévistes ce jour et il ne s’est pas s’exprimer, alors je me suis contentée des propos de celui qui voulais parler. En ce qui concerne le niveau d’étude du directeur de cet établissement je n’ai mon mot à dire. Merci tout de même pour l’info et bonne continuation. Surtout bonne lecture sur mon blog.

      J'aime

      • Olivier tsemo dit :

        Oui, je te dirai que moi aussi, j’ai eu celui dont tu tais le nom au telephone et il m’a dit que tu n’as jamais cherché à la rencontrer, qu’il connait les méthodes de kong robert, corrupteur jusqu’aux os, et qu’il comprends ton comportement, comment peux-tu citer une personnalité aussi important comme Michel Moukouri sans le rencontrer pour avoir sa version des faits, pire encore, tu as ignoré de manière systématique les correspondances de M Mbouya que tu avais, tu as fait dans l’amalgame, il faut toujours situer les fais dans un ordre chronologique, le prétendu detournement des fonds des livrets ( 2010) , la plainte de la dame (2011) et les deux correspondances de Mbouya ( 23 et 30 Janvier 2012) , correspondances dans lesquelles il démande à Kong de cesser tout acte de harcèlement sur sa personne, il fait part des agressions repetées dont il a été victime, et aujourd’hui, pour compromettre son avenir professionnel,vous le livré en pâture pour quelques billets de banque, mais l’histoire nous dira qui a raison, Tu ne te prononce pas sur son niveau, peut-on gérer un établissement avec le CEPE quand les textes exigent au moins une licence pour être à la tête d’un collège? ton professeur de philosophie a fait la philosophie où? peut-il prétendre être un philosophe parce qu’il a eu un des sombes philosophes qui a étudié la religion, sois un peu serieux, même pour la memoire de Njawe que nous avons toujours respecté, qui était du c^^oté des opprimés, suavez son journal le Messager.

        J'aime

      • A la lecture de votre commentaire je comprends que vous vous trompez de personne. je ne travaille pas et je n’ai jamais travaillé au journal Le Messager, je n’ai jamais rencontré ceux que vous citez dans votre commentaire. Merci d’être passé sur mon blog

        J'aime

  2. ariane150370 dit :

    A la suite de nos conversations de la fois dernière, je pensais que tu ferais un papier à propos les affectations des « professeurs rebelles » aux yeux du pseudo-professeur de philosophie, oui ces 4 enseignants inquiets ont été licenciés de manière déguisée par des affectations fantaisistes.Il s’agit pour moi de démontrer que l’objectif visé est faire la lumière autour les nombreuses contradictions autour de la personne de KONg qui serait une marque de fabrique de batomen.Sacrifier des familles nombreuses pour satisfaire les folies d’un homme nous donne un position certaine sur la qualité des hommes placés à la tête de l’Église Evangelique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s